Aygu

Sur l’emplacement de ce faubourg, existait, dès le XIIe siècle, un prieuré de l’ordre de Saint-Benoît, dépendance de l’abbaye de l’Île-Barbe, qui fut uni en 1449 au chapitre de Sainte-Croix de Montélimar :

IIe siècle : certains rapprochent le suivant de ωv πoλεις Aκoυσιoυ κoλωvια (ôn poleis Akousiou kolônia) ? (Claude Ptolémée, livre II, X, 14).
Ve siècle : Acunum (Table de Peutinger).
333 : masio Acuno (Anonyme de Bordeaux).
1183 : Aiguno (Masures de l’Isle-Barbe, 117).
1262 : mention de l’église Notre-Dame : ecclesia Beatae Mariae de Ayguno (cartulaire de Montélimar, 20).
1291 : mention du prieuré : prior Ayguini (cartulaire de Montélimar, 33).
1378 : mention de la porte : porta Montilii de Ayguno et porta Nostrae Dominae de Ayguno (cartulaire de Montélimar, 71 et 72).
1412 : mention de l’église Notre-Dame : ecclesia Beatae Mariae de Ayguno (cartulaire de Montélimar, 165).
1432 : mention de la porte : porta Eyguni (cartulaire de Montélimar, 114).
1540 : mention de la porte : la porte d’Aygun (Inventaire de la chambre des comptes).
1591 : mention de l’église Notre-Dame : Nostre-Dame d’Aygues (Bull. de la Soc. d’archéologie, V, 464).
1891 : Aygu, faubourg de Montélimar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *